La Fondation Louis Lépine, fondation reconnue d’utilité publique par le décret du 25 août 1950 contribue à la gestion de l'action sociale au profit des personnels de la préfecture de police, en activités ou retraités, de l'Etat et des administrations parisiennes affectés à Paris (75) et dans les départements de la petite couronne parisienne (92,93,94) en organisant, à leur profit, des actions dans le domaine social et dans le domaine des loisirs.

Histoire imprimer

L’organisation de l’action sociale au sein de la préfecture de police n’a cessé d’évoluer tout au long du XX e siècle.
Dès 1929, on distingue au sein de cette institution deux instances : un office social en charge d’aider les fonctionnaires frappés par la maladie et les oeuvres d’entraide et de solidarité.
Le 17 novembre 1942, l’association pour le développement des œuvres sociales de la préfecture de police (ADOSPP) est créée. Présidée par le préfet de police, elle est composée de représentants du personnel.
Elle a pour but de seconder l’action du service social créé la même année et de contribuer au développement des activités de loisirs et de solidarité.
Compte tenu de l’évolution des besoins en matière d’action sociale aux lendemains de la guerre, l’association pour le développement des œuvres sociales de la préfecture de police est dissoute. C’est alors que le 21 février 1950, la Fondation Louis Lépine est créée, en hommage au préfet éponyme. Elle est reconnue d’utilité publique par décret, le 25 août 1950.

Son but est de venir en aide aux « fonctionnaires et employés de la préfecture de police et aux personnels de la police nationale gérés par le secrétariat général pour l’administration de la police de Paris, en activité ou ayant pris leur retraite à l’issue de leur activité dans l’un ou l’autre de ces cadres, ainsi qu’à leur famille, en organisant, à leur profit, des actions dans le domaine social et dans le domaine des loisirs ».
Des moyens de fonctionnement et d’intervention lui sont alloués par le ministère de l’intérieur et par la Ville de Paris.

Ses activités, dès l’origine sont très diversifiées : gestion des mess et foyers, administration de coopératives, attribution de prêts, solidarité financière.
Les statuts de la fondation ont évolué depuis 1950 : Il s’agit alors d’adapter son fonctionnement aux nouveaux besoins des fonctionnaires.